twitter | Facebook | Ask | Archive | RSS

Chroniques d'un jeune célibataire

"1 an c'est long et c'est pas fini" Chroniques d'un jeune célibataire...
Une année, 365 jours, autant de moments où votre cœur et votre esprit peuvent être ballotés par les rencontres, les histoires, les déceptions et les surprises de l’amour. 1 an après avoir commencé l'aventure je
continue mon pari fou, celui de donner toutes les semaines, par le biais de mon blog douces réflexions, les pensées et les interrogations d’un jeune célibataire sur l’amour et ses multiples facettes.
Amour, séduction, jalousie, fidélité et histoires insolites… Autant de sujets sur lesquels je me livre au travers de poèmes et d’histoires qui amènent à réflexion, le but final de ce blog étant de pouvoir éditer un livre « 1 an et quelques mois, c’est long ... Les chroniques amoureuses d’un jeune célibataire ».
Il n’y pas de mal à être mal …

                                 

Ambiance musicale, cliquez ici


Par souci d’image ou parce que l’on pense que cela n’arrangera rien, 

On imagine qu’être mal ce n’est pas bien. 

Et pourtant être mal peut être un mal pour un bien, 

Car le mal se veut la plupart du temps le début du chemin en direction du bien. 

Certains vous diront que le silence se veut la solution la plus adaptée,

Par peur d’incompréhension et par souci de protection, la parole perd de son intérêt.

D’autres vous diront que l’homme se veut maître des émotions et des états d’âmes qu’il détient, 

Il préfère créer l’illusion et contient en lui le mal pour soigner son image auprès des siens.

Une image parfaite mais complètement lisse, 

Le parfait est imparfait, le bien est agréable mais le naturel se veut un délice. 

Pensant qu’avouer son mal-être peut être une faiblesse,

L’homme porte un masque mais oublie qu’en aucun cas sa douleur ne cesse. 

Il se doit d’être heureux et de sourire à la vie …

On ne peut dire que la vie est belle que lorsqu’on a eu la chance de découvrir ses joies, ses peines, ses douleurs et ses nombreuses péripéties…

Mais on ne veut que le bon, 

Montrer ce qu’il y a de mieux même si notre cœur souffre, notre esprit est vide et nos ressentis sont sans expression…

Et ce jeu se veut pervers amenant à un point de non-retour au final 

Car plus on fait semblant d’être bien, plus on est mal,

On s’épuise à vouloir garder une belle image sous tout rapport et l’on crée, 

Une image que l’on ne voudrait pas voir écornée de peur de perdre l’attention des personnes et leurs bienfaits. 

On s’épuise à garder notre mal sous silence,

Pourquoi mettre à jour un ressenti que les gens - selon nous - ne comprendront pas le sens ?

Trop peur que notre changement de comportement soit perçu de manière négative dans le regard des autres,

Trop peur que l’aveu du mal nous fasse perdre l’image positive qui nous définissait auprès des autres …

Sachez que personne ne vous juge autant que vous vous jugez,

Et ce que vous pensez important aux yeux des gens ne se veut dans la vie qu’une banalité.

Personne ne peut être bien tout le temps, 

Le tout est de ne pas le nier, de l’accepter et de l’assumer aux yeux des gens….

Prendre le temps d’être mal pour mieux s’écouter et que l’on se comprenne,

Prendre le temps d’être mal pour être en accord avec soi-même.

Je n’ai plus peur d’être mal et de l’avouer,

Car le mal est un bien qu’il faut juste comprendre et apprivoiser …


Source de l’image : publicdomainpictures.net

  1. ibuchisusemu a reblogué ce billet depuis doucereflexion
  2. doucereflexion a publié ce billet
blog comments powered by Disqus